L’existence

Dans un monde où les gens se cachent. J’écris.

Dans mon cœur tout est noir, dans ma tête il ne reste que les idées noires. Y a-t-il quelque chose qui va refaire briller mes yeux comme le sourire que j’avais avant. On a prit possession de mon esprit, je me sens prisonnière de mes émotions qui ne sont que tristesse et haine quand je n’ai pas ce grand vide en moi. Regardez ses enfants jouer, on entend les rires jusqu’à l’autre bout du monde, ces vraies rires, cette joie qui s’affiche sur leur visage, ils nous réchauffent le cœur. Le mien est froid. Ce côté sombre doit cesser, il prend de plus en plus de place, il s’empare de mes sourires, il ne veut plus rester caché, ne plus partager avec la bonne humeur. La solitude m’appelle sans cesse, je ne veux plus qu’on me connaisse, je ne veux plus qu’elles me connaissent, elles ne peuvent plus me voir comme cela. Je ne veux plus te voir, te parler je t’ai trop dans la peau. Ce lien m’empoisonne et je t’empoisonne un peu plus chaque jours. Je m’en vais, tu reviens, tu pars, je viens, je devrais partir là où ma joie c’est perdu. Les moments où elle revient se résume à des cigarettes et de l’alcool quand je ne me laisse pas réfléchir.
J’aimerais habiter dans le pays des rêves, dans le sommeil éternel, un endroit où je suis inconsciente, où le monde autour de moi n’existe plus, où le temps est comme figé. Je ne plus écrire ce soir, je pense à tes lèvres sur les miennes et je ferme les yeux pour la nuit. J’aimerais ne rien ressentir, toutes ces émotions négatives. Je ne veux pas devenir cette personne, j’aimerais redevenir celle qui aide les autres. Ma vie est une faille qui ne cesse de se creuser en moi. Je n’arrive pas à l’aider est ce pour cela qu’il m’attire tant. Je ne peux plus m’en détacher, je ne veux pas l’abandonner parce que je l’aime. J’ai besoin qu’il aille bien. Je te déteste, je me déteste. Pourquoi continuer de vivre dans un monde qui n’existe pas réellement, qui s’effacera de nos mémoires lorsque notre heure sera venu alors partir aujourd’hui ou demain ou bien dans 10 ans ce n’est que retardé ce qui arrivera. Avez vous déjà réfléchis sur votre existence, si elle avait un sens, si tout cela n’était pas qu’un jeu dans lequel nous sommes tous acteur où tout est préparé à l’avance peut-importe nos choix. Sommes nous réellement maître de notre destin. Les gens jouent tous un rôle inconsciemment. Combien de vies avons nous oublié avant celle-ci ? Ne sommes nous pas prisonnier de notre propre vie en restant en vie dans ce monde. Je n’ai plus rien à évoquer, je ferme les yeux pense à ton odeur et m’endors pour quelques heures. J’ai recommencé c’est gravé en moi, je révèle en moi, mes défauts sur mon bras pour ne pas oublier, cette personne est ce vraiment moi ? C’est sans réponse. Une énergie sombre, noire de révèle en moi, elle fait surface, mon état empire, je me meurs un peu plus chaque jours. Je t’aime, je te déteste, je ne sais plus, je ne suis plus capable d’aimer, les seules émotions qui me dévorent sont la haine brûlant en moi, la jalousie qui me contrôle directement de mon cœur. J’ai besoin de frapper, de serrer mes poings, de cogner en toi, en moi comme tu as frappé mon cœur remplit de sang coulant dans mes veines et me donnant la vie, cette vie que je détruis. J’écris, je raconte, je t’écris, dès qu’une pensée sur lui arrive et se répète sans cesse dans mon esprit, je l’écris dans un coin, un cahier, là où je trouve du papier et un crayon, je laisse s’envoler cette pensée qui pourrait me pourrir de l’intérieur. Ne jamais s’arrêter d’écrire, dire tout ce qui me passe par la tête pour en faire je sais pas…

Être heureux n’est pas si simple, écrire c’est votre force.

Advertisements

“Le point bleu pâle” Carl Sagan

“C’est ici, c’est notre foyer, c’est nous. Sur ce petit point se trouve tous ceux que vous aimez, tous ceux que vous connaissez, tous ceux dont vous avez entendu parler, tous les êtres humains qui ai jamais vécu, toute la somme de joie et de nos souffrances, des milliers de religions aux convictions assurées, d’idéologie et de doctrines économiques, tous les chasseurs et cueilleurs, tous les héros et tous les lâches, tous les créateurs et destructeurs de civilisations, tous les rois et paysans, tous les jeunes couples d’amoureux, tous les pères et mères, tous les enfants avec de l’espoir, tous ont vécu ici sur ce grain de poussière suspendu dans un rayon de soleil. Songez au fleuve de sang déversé par ces généraux et ces empereurs afin que nimbés de triomphe et de gloire ils puissent devenir les maîtres temporels d’une fraction d’un point. Tout remis en question par ce point de couleur pâle. Dans cette obscurité, dans toute cette obscurité, il n’y a aucun signe qu’une aide viendra d’ailleurs nous sauver de nous même. Il n’y a peut être pas de meilleure démonstration de la folie des idées humaine que cette lointaine image de notre monde minuscule. Ce point bleu pâle la seule maison que nous ayons jamais connu. ”

Est ce que cela remet en question notre existence, ce qui est réellement important, ce que nous pouvons observer au cours de notre vie.. Notre vie est elle si insignifiante mais en même temps si importante aux yeux de l’univers

Pouvons nous dire que notre vie à du sens ?